la-star.com
Actu des stars

Sur scène, Bigard assure qu’il est prêt à chercher les 500 signatures pour la présidentielle



L’humoriste Jean-Marie Bigard est monté sur la scène de l’Apollo Théâtre dans le 11e arrondissement de Paris ce samedi soir. Il a une nouvelle fois envisagé publiquement de se présenter à la prochaine présidentielle.

L’humoriste Jean-Marie Bigard était sur la scène de l’Apollo Théâtre, une salle du 11e arrondissement de Paris, ce samedi soir. La nécessité de se prémunir contre la diffusion du coronavirus avait imposé un dispositif particulier à l’établissement: tandis que quelques spectateurs étaient admis dans la salle, les autres pouvaient suivre le spectacle via Skype et des écrans placés sur scène. Le comédien a profité de l’occasion pour ajouter un nouveau volet au feuilleton de son éventuelle candidature à la présidentielle de 2022.

Une pièce de plus dans la machine

Alors qu’on le croyait retiré de cette course électorale à venir, il a précisé: “Je ne me suis pas retiré, simplement c’est un vrai sport et donc quand tu n’en as pas fait depuis longtemps j’ai dit qu’on était mieux dans les tribunes”. “Mais je ne jette pas l’éponge, je suis ravi de faire peur à cette bande d’enculés”, a-t-il imagé.

“Je vais prendre mon téléphone et demander aux maires les 500 signatures. Imagine si je les ai avant tout le monde ? Là je vais vraiment leur faire peur”, a-t-il rêvé tout haut. Jean-Marie Bigard a aussi voulu égrener le chapelet des mesures qu’il prendrait s’il était propulsé à l’Elysée. “Je rétablirai le droit de goutte”, (NDLR, le droit de concevoir sa propre eau de vie), a-t-il initié avant d’enchaîner avec l’abrogation de la loi PLM, relative au statut électoral de Paris, Lyon et Marseille, son envie de diviser par trois les dépenses des ménages quant à la nourriture. Il a aussi prôné la réouverture des maisons closes et la division de l’Assemblée nationale “entre les enculés de gauche et les enculés de droite, pour qu’on sache bien de qui il s’agit “.

“J’étais content de pouvoir m’exprimer librement”

Parallèlement à une défense du professeur Didier Raoult et de l’emploi de l’hydroxychloroquine contre le Covid-19, il a également dit tout le mal qu’il pensait des membres du gouvernement, et souvent de manière ordurière. Il a ainsi évoqué en ces termes le ministre de la santé: “Véran, qu’on pourrait appeler ‘véreux'”. Il a aussi raillé la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye: “Sibeth, tout est dans le prénom”. Mais c’est à l’encontre d’Agnès Buzyn, ex-ministre et pensionnaire de la rue de Ségur, candidate de La République en marche à la mairie de Paris, qu’il est apparu le plus vindicatif. Feignant de s’adresser directement à elle, il a osé: “Agnès Buzyn, tu as du sang sur les mains, espèce de grosse connasse!”

“Chacun pensera ce qu’il voudra mais moi j’étais content de pouvoir m’exprimer librement”, s’est-il plus tard félicité.

Robin Verner, avec Candice Mahout



Source link

Autres articles

Chadwick Boseman : Marvel a toujours voulu qu’il incarne Black Panther – Actus Ciné

Claude

la série Watchmen de HBO en tête avec 26 nominations

Claude

les stars rendent hommage aux diplômés de 2020

Claude

Campagne contre Netflix taxé de sexualiser des enfants avec le film “Mignonnes”

Claude

Un rapport accuse Hollywood de s’autocensurer pour gagner le marché chinois

Claude

Roselyne Bachelot promet d’aider toute la filière cinéma en plein marasme

Claude