la-star.com
Actu des stars

son père brise le silence et s’attaque aux “conspirationnistes”



Jamie Spears, accusé par les fans de Britney de tirer avantage de sa fortune en la gardant sous tutelle, se défend. Il évoque cette décision judiciaire prise en 2008 et rappelle qu’il s’agit d’une affaire “privée”.

Jamie Spears sort de son silence. Le père de Britney Spears répond aux attaques des fans de la chanteuse, mobilisés contre la tutelle dont elle fait l’objet. L’homme de 68 ans prend la parole pour défendre cette décision judiciaire, qualifiée d’abusive par les admirateurs de la star.

“Tous ces conspirationnistes ne savent rien”, argue-t-il dans Page Six. “Le monde n’a aucune idée de ce qui se passe. C’est à la justice californienne de décider ce qu’il y a de mieux pour ma fille, et à personne d’autre.”

Cette tutelle a été mise en place en 2008, un an après que les troubles mentaux de la chanteuse se sont manifestés sous les objectifs des paparazzi, lorsqu’elle est entrée dans un salon pour tondre son propre crâne. D’après Variety, cette mesure permet à ses proches de contrôler ses dépenses et certains aspects de son quotidien. Jamie Spears en a été le gestionnaire jusqu’en 2019, lorsque des problèmes de santé l’ont contraint de passer la main à la manageuse Jodi Montgomery, selon TMZ.

“Comment pourrais-je voler quoi que ce soit?”

Les fans de Britney Spears ont été particulièrement engagés ces dernières semaines en s’organisant sous le slogan #FreeBritney, la poursuite de cette tutelle devant être réévaluée le 19 août devant la justice américaine. Beaucoup accusent la famille, et surtout le père, de tirer un avantage financier de la situation en gardant une main-mise sur la fortune de la star, estimée à 59 millions de dollars par Business Insider:

“Je dois rendre compte au tribunal de chaque centime que je dépense chaque année. “Comment diable pourrais-je voler quoi que ce soit?”, se défend-il dans l’interview, relayée par le Los Angeles Times. Et de poursuivre: “J’aime ma fille. J’aime tous mes enfants. Mais ce sont nos affaires, c’est privé.”

Harcèlement et menaces de mort

Il regrette également les méthodes des fans de la chanteuse, qui mettent en place des comptes sur les réseaux sociaux pour dénoncer la tutelle et ont été manifester, fin juillet, devant un tribunal américain: “Certaines personnes sont harcelées ou font l’objet de menaces de mort. C’est horrible, nous ne voulons pas de ce genre de fans.”

Les contours de cette tutelle sont flous, mais ses détracteurs assurent qu’elle entrave les libertés de la chanteuse: “Son père lui interdit de conduire, tous ses appels et ses messages sont contrôlés, elle n’a pas le droit de voter, de sortir avec quiconque ou de dépenser son argent sans autorisation. Et si elle ne respecte pas les règles, il menace de lui enlever ses enfants”, peut-on lire sur une pétition #FreeBritney, signée par plus de 100.000 personnes.

Il y a quelques jours, c’était le frère aîné de Britney Spears, Bryan, qui prenait la parole sur le sujet dans un podcast américain:

“Je pense que nous avons pris la bonne décision”, avait-il assuré, avant d’ajouter: “Elle est entourée d’une équipe depuis qu’elle a 15 ans, alors jusqu’à quel point les personnes qui l’entourent peuvent-elles disparaître ou être réduites en nombre?”.



Source link

Autres articles

Mort d’Ennio Morricone, compositeur légendaire de Sergio Leone – Actus Ciné

Claude

Greenland : Gerard Butler, rescapé du film d’action à l’ancienne, en 12 rôles badass – Actus Ciné

Claude

Concert de Jean-Michel Jarre, en avatar “comme dans Matrix”

Claude