la-star.com
Actu des stars

Pourquoi l’arrivée de la comédie musicale “Hamilton” sur Disney+ est un événement



Hamilton, fresque sur l’histoire américaine sur fond de hip hop, est devenue un véritable phénomène de société aux Etats-Unis en l’espace de seulement 5 ans.

C’est un événement. Le monde va enfin pouvoir découvrir la comédie musicale Hamilton avec son casting d’origine, quatre ans après sa dernière représentation à Broadway, où la pièce a battu tous les records.

Cette comédie musicale contant la révolution américaine sur fond de hip-hop et avec des artistes reflétant la diversité du pays débarque le 3 juillet sur la plateforme de streaming de Disney+. Ce film, monté à partir de captations de la comédie musicale à New York en 2016, est attendu depuis des années et sa sortie a été avancée d’un an pour combler le vide laissé par l’arrêt brutal des tournages en raison de la pandémie de coronavirus.

Hamilton est devenue un phénomène de société, citée dans des dizaines de séries à succès et même chantée par Barack Obama et le prince Harry. Le succès de Hamilton a fait de son casting – et de son créateur Lin-Manuel Miranda – des stars. Voici ce qu’il faut savoir sur cette œuvre universelle qui a marqué à jamais les Américains.

C’est quoi Hamilton?

Tout commence en 2009. Lin-Manuel Miranda est invité à la Maison Blanche par Barack Obama pour interpréter un extrait de In the Heights, sa comédie musicale à succès sur Washington Heights, le quartier hispanique de New York. A la place, Miranda improvise un freestyle, brouillon d’Alexander Hamilton, la chanson d’ouverture de Hamilton.

Miranda avait lu quelques temps auparavant, pendant des vacances au Mexique, une biographie de 800 pages d’Alexandre Hamilton, un des pères fondateurs de la nation américaine qu’il voit comme un symbole des immigrants qui ont construit les Etats-Unis.

“Il est né pauvre et orphelin. C’est un bâtard. Il est devenu le second de George Washington, puis le premier Secrétaire au Trésor américain”, explique-t-il ce soir-là. “Il s’est brouillé avec tous les autres pères fondateurs. Rien qu’avec la force de sa plume. Il symbolise le hip hop, par sa capacité à utiliser les mots pour faire changer les choses.”

Né en 1755 ou 1757 sur l’île de Sainte-Croix (Îles Vierges), Alexander Hamilton suit le parcours de beaucoup d’immigrants américains. Il est arrivé à New York en 1772, avant de s’engager dans la guerre d’Indépendance. Après le conflit, il est au centre d’un des premiers scandales américains d’adultère: suite aux manigances de ses rivaux, il est contraint d’avouer un adultère, puis meurt en 1804 lors d’un duel avec son rival, le Vice-président Aaron Burr (1756-1836).

Ce soir de 2009, Lin-Manuel Miranda incarne non pas Hamilton, comme dans la pièce, mais Aaron Burr. Son monologue, désormais un classique de Broadway, dresse le panégyrique de Hamilton, “père fondateur sans père”, qui “alla bien plus loin en travaillant plus dur, en étant beaucoup plus intelligent, en partant de zéro”.

Ce morceau contient déjà tout ce qui fait la richesse de la pièce: un texte précis et drôle qui permet de découvrir une page méconnue de l’Histoire américaine. La prestation de Miranda impressionne le public, et en particulier Michelle et Barack Obama, et marque le début de l’histoire incroyable de Hamilton. Six ans plus tard, en janvier 2015, la pièce débute à Off-Broadway, au Public Theater. Le succès est immédiat. En juillet, le Richard Rodgers Theatre, 1.319 places, accueille Hamilton.

Sur scène, les spectateurs découvrent une petite révolution: pour incarner les personnages, dont George Washington et La Fayette, Lin-Manuel Miranda fait appel à un casting essentiellement noir. “La distribution ressemble à l’Amérique d’aujourd’hui”, avait indiqué l’artiste à l’époque . “C’est une façon de rentrer dans l’histoire quel que soit le bagage culturel que vous avez à propos des Pères fondateurs.”

Comment expliquer le succès de Hamilton?

Le succès de Hamilton repose sur son mélange de fresque historique et de bande-son rap – une idée géniale et inédite jusqu’ici et qui a fait d’Hamilton un phénomène, attirant toutes les générations. Impossible d’oublier Helpless ou encore My Shot, d’autant que Lin-Manuel Miranda a truffé ces tubes de références à des classiques du hip-hop, comme l’a remarqué Slate, qui a compilé dans un article les multiples références des morceaux de la comédie musicale.

Alexander Hamilton, le morceau d’ouverture, est ainsi rythmé par des “What’s your name?”, une interjection souvent employée par Snoop Dogg ou Rihanna dans leurs chansons. Les chœurs répétant “New York” sont quant à eux une référence à Empire State of Mind de Jay-Z et d’Alicia Keys.

Les débats entre les pères fondateurs sont structurés comme les battles de rap dans 8 miles avec Eminem. Dans le morceau Cabinet Battle No. 1, Thomas Jefferson s’approprie (à 2’47) le refrain de The Message de Grandmaster Flash, considéré comme le premier morceau de l’histoire du hip hop à proposer un discours politiquement engagé.

Comme les samples dans les morceaux de hip hop, Miranda assemble des extraits de plusieurs titres. Dans My Shot, il cite Prodigy de Mobb Deep et Scenario de A Tribe Called Quest et il épèle son nom comme le fait Notourious B.I.G. dans Going Back to Cali. La ballade Helpless, un des temps forts de la pièce, est aussi une variation sur Countdown de Beyoncé. Un livre publié par Miranda, Hamilton: The Revolution, présente le texte de la pièce annoté.

Hamilton est aussi une œuvre feel good. Début mai, Disney avait décidé d’avancer la sortie du film de plus d’un an pour apporter du baume au cœur en ces temps de pandémie de coronavirus. Pour l’actrice noire américaine Renee Elise Goldsberry, qui faisait partie du casting original, c’est cette diversité et son message révolutionnaire qui font de Hamilton une œuvre particulièrement moderne:

“Nous devons nous rappeler ce que ces jeunes ressentaient, à cette époque où ‘sacrifier sa vie pour se libérer’ signifiait quelque chose”, a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse en ligne. “La diversité de ce pays peut être revendiquée par tous les gens qui l’ont créé, c’est l’une des nombreuses choses que ce spectacle célèbre et je pense que nous en avons bien besoin en ce moment.”

Un phénomène de société

Hamilton a remporté 11 Tony awards, les récompenses décernées chaque année par les professionnels de Broadway, mais aussi le prix Pulitzer du meilleur drame sur scène. Au total, ses recettes ont atteint un milliard de dollars dans le monde entier. La production new-yorkaise de Hamilton a rapporté 633 millions de dollars de recettes et a été vue par 2,5 millions de spectateurs. Michelle Obama avait à l’époque affirmé qu’il s’agissait de “la meilleure œuvre d’art que j’ai vue de ma vie, toutes formes confondues”.

Le biographie de Hamilton par Ron Chernow qui a inspiré la pièce a d’ailleurs été longtemps en rupture de stock, tout comme Hamilton: The Revolution – preuve de cette frénésie pour l’œuvre de Miranda. Ce dernier a aussi produit en 2016 The Hamilton Mixtape, un album de reprises des morceaux de la comédie musicale avec The Roots, Alicia Keys ou encore John Legend et Kelly Clarkson. Miranda devient une telle star qu’il participe même en 2016 à un freestyle avec Barack Obama.

Le succès de Hamilton à Broadway a été si important que le prix des billets, qui se revendaient parfois plusieurs milliers de dollars, s’était envolé, au grand dam de Lin-Manuel Miranda. Des loteries avaient même dû être organisées pour permettre à certains fans d’assister à une représentation de la pièce. Miranda espère que le film pourra désormais en faire une œuvre réellement grand public.

Hamilton a rencontré un tel retentissement aux Etats-Unis que le cinéma et la télévision s’en sont emparés. Des références à Hamilton ont commencé à apparaître dans la fiction dès 2016. Gilmore Girls ou This is Us se sont moqués de la difficulté de trouver des tickets pour la pièce. Larry David a consacré deux épisodes de Curb Your Enthusiasm à sa rivalité fictive avec Lin-Manuel Miranda et Don Johnson cite une des répliques phares de la pièce (“Immigrants, we get the job done”) dans A couteaux tirés de Rian Johnson.

Lin-Manuel Miranda dit avoir été particulièrement touché de reconnaître répliques et paroles cultes de la comédie musicale dans les manifestations qui ont éclaté pour dénoncer la mort de George Floyd, mort sous le genou d’un policier blanc le 25 mai à Minneapolis. “Ça me rend incroyablement fier. Je n’arrive même pas à me le figurer”, a affirmé lors d’une conférence de presse en ligne l’auteur américain, d’origine portoricaine. Ironie de l’histoire, Hamilton va sortir alors que des statues de personnalités symbolisant pour certaines l’esclavage et le passé raciste des Etats-Unis sont déboulonnées à travers tout le pays.

L’un des acteurs d’origine de la pièce, Okieriete Onaodowan dit être “impatient de voir comme les jeunes Noirs vont réagir” au spectacle en cette période. Dans la comédie musicale, Hamilton critique vivement un loyaliste britannique qui qualifie la révolution américaine en cours de “populace”. “Les gamins, qui sont énervés et en colère, peuvent regarder ça et se rendre compte qu’ils peuvent mettre leur énergie dans l’écriture, pour remettre en cause les gens qui leur disent des choses désagréables, comme Hamilton en son temps”, affirme-t-il.

Lin-Manuel Miranda, un des hommes forts de Disney

Depuis 2016, Lin-Manuel Miranda est devenu un des hommes forts de Disney. Il est entré par la petite porte en 2015 grâce à J.J. Abrams, qui lui a demandé de réaliser la musique de la scène de la cantina dans Le Réveil de la force. Miranda fait aussi un caméo dans le film.

Miranda a ensuite fait l’acteur dans Le Retour de Mary Poppins et a composé les musiques du dessin animé Vaiana: La Légende du bout du monde. Alors qu’il est annoncé au générique du remake de La Petite Sirène, il serait en train de composer des chansons originales pour Encanto, nouveau film des créateurs de Zootopie.

La diffusion de la captation de Hamilton est un grand coup pour Disney, et s’inscrit dans la lignée de sa collaboration avec Miranda. Le studio aurait déboursé 75 millions de dollars pour acquérir ce film d’une durée de 160 minutes. Un documentaire sur la comédie musicale accompagnera la sortie de la captation ce vendredi.

Lin-Manuel Miranda a le vent en poupe en ce moment. Une autre de ses comédies musicales, In the Heights, a été adaptée au cinéma, et doit sortir en 2021.

Par Jérôme Lachasse, avec AFP



Source link

Autres articles

l’appel de Geluck pour tout réinventer après le Covid-19

Claude

Christopher Nolan nous parle de “Tenet”, le blockbuster qui doit sauver le cinéma

Claude

Martin Scorsese s’inquiète que le cinéma soit “relégué au second plan” pendant la pandémie

Claude

Pelé a 80 ans : quand il donnait la réplique à… Sylvester Stallone – Actus Ciné

Claude

“Tenet”, “Divorce Club”, “Ip Man 4″… Les films à voir cet été au cinéma

Claude

des fans de Britney Spears manifestent à Los Angeles contre sa mise sous tutelle

Claude