la-star.com
Actu des stars

Pourquoi la ressortie au cinéma du film d’animation culte “Akira” est un événement


Akira, le film d’animation culte de Katsuhiro Ōtomo, ressort ce mercredi 19 août en version 4K. Très attendue, cette remasterisation pourrait bien devenir un des cartons de l’été.

Akira, film culte de Katsuhiro Ōtomo, considéré comme un des chefs d’œuvre de l’animation japonaise, ressort en version 4K ce mercredi 19 août dans plus de 200 salles. Un événement qui pourrait devenir un des cartons de l’été, tant le film est devenu une référence.

Akira est une œuvre matricielle, qui a irrigué, par ses thèmes et son esthétique, toute la pop culture mondiale (films, mangas, comics etc.). Elle a aussi largement contribué à légitimer l’animation en Occident”, rappelle Pierre-William Fregonese, spécialiste de la culture japonaise qui enseigne notamment à l’Université Paris II – Panthéon-Assas.

Présenté en avant-première vendredi dernier dans toute la France, Akira a affiché complet. Pas mal pour un film vieux de trente-deux ans déjà disponible en vidéo: “Les avant-premières se sont bien passées en effet et on croise les doigts pour la suite!”, s’enthousiasme Amel Lacombe, distributrice du film avec sa société Eurozoom.

Celle qui a fait connaître en France Mamoru Hosoda (Miraï, ma petite sœur) et Makoto Shinkai (Your Name), et a renconté un beau succès avec Ip Man 4 fin juillet, estime que Akira est le film qui fera revenir les cinéphiles dans les salles obscures: “Plusieurs spectateurs ont annoncé sur Twitter qu’Akira est leur première sortie cinéma depuis le confinement. Il y a donc une forte attente.”

Les fans veulent se déplacent en nombre pour voir ce film qui jusqu’à présent n’est sorti en France “que de manière très succincte sur trois copies en 1990 et dans des événements limités de temps à autre”, explique Amel Lacombe:

“Je me suis mise en relation avec l’ayant-droit Europe francophone, l’éditeur Dybex, pour proposer une sortie en salle digne de ce nom. Je considère que ce film fondateur vaut mieux et que le master 4K était l’occasion rêvée. Le film devait ressortir au Japon en avril, [mais il y a eu la] Covid … De mon côté, j’avais toujours prévu de le sortir pendant les JO de Tokyo auquel le film fait référence puisqu’il se passe entre 2019 et 2020. Finalement, entre la réception du 4k et la fermeture des salles, c’est la date du 19 août qui s’est imposée.”

Un film toujours pertinent

Phénomène d’édition vendu à des millions d’exemplaires, le manga Akira a d’abord été publié en feuilleton au Japon dans Young Magazine entre 1982 et 1990, avant de sortir en France chez Glénat. L’action, qui se déroule en 2019 à Néo-Tokyo, suit Tetsuo, membre d’un gang de jeunes voyous désœuvrés, bientôt pourchassé par l’armée après avoir découvert ses pouvoirs psychiques ultra-puissants. Un de ses amis, Kaneda, tente de le remettre sur le droit chemin, alors qu’une menace terrible, Akira, est sur le point de se réveiller.

A chaque visionnage, le film Akira gagne en richesse et en complexité, et éclaire le monde d’une nouvelle manière. C’est pour cette raison, estime Pierre-William Fregonese, que la sortie en version restaurée 4K d’Akira est un événement:

Affiche de la ressortie d'Akira en 4K
Affiche de la ressortie d’Akira en 4K © Eurozoom

“D’une part, c’est un film reconnu pour son style graphique et sa grande qualité d’animation avec une fluidité extraordinaire, alors avec un coup de polish… ça va être le feu. D’autre part, le propos de l’œuvre fait écho avec notre actualité immédiate: méfiance envers la classe politique, désenchantement technologique, rupture entre les générations, futurs impossibles ou improbables… En résumé, Akira entre plus en résonance avec notre époque que la plupart des films qui sortent aujourd’hui…”

Le spectateur de 2020 peut donc y voir autant les manifestations des gilets jaunes que la gestion de la crise du Covid-19 par la classe politique.

Une œuvre prémonitoire

Sans être un élément central d’Akira, les Jeux olympiques évoqués à plusieurs reprises dans cette œuvre “anti-système” présentent des similitudes étonnantes avec les vrais JO de Tokyo 2020. Aujourd’hui reportés à 2021, ceux-ci sont présentés comme les “Jeux de la reconstruction”, pour témoigner du retour au premier plan du pays après la tragédie du séisme et du tsunami de 2011, qui ont aussi provoqué la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Dans Akira, “on peut imaginer que les Jeux olympiques visent [pour les autorités, NDLR] à retrouver une sorte de grandeur après la destruction” de Tokyo, estime le spécialiste de la bande dessinée Patrick Gaumer, interrogé par l’AFP en mars dernier sur les prémonitions du manga. Il ajoute que le stade olympique dans la fiction est ainsi construit sur le site de la “vieille ville” dévastée de Tokyo, à proximité du cratère laissé par le mystérieux cataclysme de 1982, allusion transparente aux bombes atomiques larguées sur Hiroshima et Nagasaki en 1945.

Akira de Katsuhiro Otomo
Akira de Katsuhiro Otomo © Eurozoom

Akira propose en réalité une “réinterprétation du passé récent” du Japon, celui de l’après-guerre, “projeté dans un futur proche fictionnel”, a commenté en mars le chercheur Kaichiro Morikawa. Ōtomo, né en 1954, a intégré dans Akira plusieurs événements marquants de son enfance, comme les JO de Tokyo-1964, mais aussi les émeutes étudiantes de 1968 et l’autoritarisme du gouvernement de l’époque.

Œuvre d’une richesse inouïe, Akira a été remasterisé en 4K, permettant aux spectateurs de redécouvrir un film à l’animation toujours aussi fluide trente-deux ans après sa sortie. “La 4K apporte une force inédite à l’image et à la qualité incroyable de l’animation”, précise Amel Lacombe. Malgré quelques plans flous, en raison de l’absence du grain de l’image dans cette version du film, les fans ont eu l’impression de voir réellement ce long-métrage pour la première fois:

“Cette version 4K m’a surtout permis de me concentrer sur le langage corporel des personnages qui est très complexe dans ce film”, témoigne TheFrenchPhenom, internaute spécialisé dans l’actualité culturelle (BD, manga, japanimation), qui a vocation à devenir auteur de BD et qui était présent à une des avant-premières d’Akira vendredi dernier. “Le personnage de Kaneda en est le meilleur exemple, il change constamment de posture et de comportement en fonction de son interlocuteur, c’est fascinant à regarder. Sur grand écran, on remarque aussi à quel point la synchronisation labiale est réussie, c’est sans doute le film d’animation le plus impressionnant à ce niveau.”

“Je me suis mis à regarder chaque recoin de l’écran pour découvrir des détails dans des scènes que je pensais pourtant bien connaître. Je me suis rendu compte que le film trouvait aussi sa force dans les moments calmes où les personnages interagissent entre eux. Parmi les scènes qui m’ont le plus touché lors de ce visionnage sur grand écran, celle où on découvre subtilement l’enfance de Takashi, Kyoko et Masaru m’a profondément marqué alors qu’elle me touchait beaucoup moins lorsque je l’avais vu sur un écran de télévision”, ajoute le fan.

Et Pierre-William Fregonese de conclure: “Par sa résolution, la 4K permet une immersion accrue du spectateur et Akira est déjà une œuvre immersive. Autant dire, qu’on va littéralement plonger la tête dans la première dans les bas-fonds de Néo-Tokyo!”





Source link

Autres articles

Christopher Nolan a 50 ans : ses films du pire au meilleur selon vos notes – Actus Ciné

Claude

La cérémonie des Emmy Awards sera virtuelle

Claude

pourquoi nous fait-il toujours rire?

Claude

David Fincher explique pourquoi il n’a pas réalisé de film pendant six ans

Claude

Jean-Jacques Goldman écrit une lettre à une soignante de Besançon

Claude

“Je ne voyais pas la lumière au bout du tunnel”

Claude