la-star.com
Image default
Actu des stars

Pourquoi il faut regarder “En Thérapie”



Diffusée à partir de ce jeudi sur Arte, et disponible sur le site Arte.tv, la série du duo Toledano et Nakache, touche par la justesse de son écriture et de son interprétation.

Il est assis dans son fauteuil, le visage bienveillant, à l’écoute, prêt à convoquer Freud ou Lacan. C’est à cette place que l’acteur Frédéric Pierrot accueille ses patients – et les téléspectateurs – dans En Thérapie, la série d’Eric Toledano et Olivier Nakache, dont la diffusion démarre ce vendredi sur Arte, et que 6 millions de personnes ont déjà vue en ligne sur arte.tv.

L’histoire se situe dans le cabinet d’un psychanalyste, le docteur Dayan, Frédéric Pierrot, au lendemain des attentats de novembre 2015. Une chirurgienne déboussolée après avoir opéré des victimes des attentats, un policier entré parmi les premiers dans le Bataclan, mais aussi un couple en crise et une jeune athlète font partie de ses patients. Ils vont se succéder sur son divan, pour déballer leur mal-être, leurs angoisses, leur agressivité, parfois.

Un recette éprouvée

En thérapie est l’adaptation française d’une série israélienne à succès BeTipul, lancée en 2005. Plusieurs pays ont déjà repris la recette, des Etats-Unis – où Gabriel Byrne prête son visage au psy – à l’Italie, en passant par la Russie, le Japon ou le Brésil. Avec la France, pas moins de 17 déclinaisons ont ainsi vu le jour dans le monde entier.

En faisant le pari d’une adaptation en France, le duo d’Intouchables et du Sens de la fête” ambitionne de montrer les failles et les trauma de la société française, à travers une galerie de personnages. La série française reprend le cahier des charges originel: chaque épisode correspond à une séance avec un patient.

“La série était depuis longtemps dans nos têtes. La contrainte peut faire peur, mais fait partie de nos motivations: se concentrer sur les acteurs, sur leur visage, sur les personnages”, expliquait Olivier Nakache lors d’une rencontre virtuelle avec la presse à l’automne.

Une équipe d’auteurs et de réalisateurs inspirés

Surtout, le duo s’est entouré d’une équipe de deux auteurs, Vincent Poymiro et David Elkaïm, et trois scénaristes, Pauline Guéna, Nacim Mehtar et Alexandre Manneville, tous ultra-talentueux. Chacun a apporté au scénario, son vécu ainsi que l’envie de montrer la psychanalyse sous un jour nouveau. Et s’est attaché, selon ses affinités, à un personnage. “Je ne sais pas si l’on se rend compte, mais en écrivant une série comme celle-là, on convoque des choses tellement intimes et profondes”, livre ainsi à Télérama Nacim Mehtar.

Pour donner naissance aux 35 épisodes de la série, Eric Toledano et Olivier Nakache se sont entourés également d’autres noms de la réalisation, de Pierre Salvadori à Nicolas Pariser (Alice et le maire).

Un casting impeccable

Face à Frédéric Pierrot, d’une justesse incroyable, en psy rassurant ou déstabilisé, face à ses patients et à une crise de la cinquantaine latente, défilent cinq patients. Ces joutes aux dialogues ciselés ne sonnent jamais faux.

“Cela nécessitait une grande concentration, explique au Parisien, le comédien. Il fallait être authentiquement dans l’écoute, s’attacher à la parole sans chercher comment le corps devrait être.”

La première à s’allonger sur le divan est une chirurgienne en plein désarroi amoureux (jouée par Mélanie Thierry), bousculée par les événements qui viennent de se produire et une longue nuit d’opérations.

“Une fois passé le travail de mémorisation du texte, peu à peu, on s’abandonne, souligne l’actrice dans le dossier de presse. (…) Il m’est arrivé de faire des lapsus, qui devenaient aussitôt ceux du personnage! Dans ces moments-là c’était vertigineux, bouleversant. Je ne savais plus qui pleurait: moi, Ariane, nous deux… Comme si je faisais un travail sur moi, mais à travers une autre.”

Suivra un policier rongé par la colère (incarné par Reda Kateb) qui ne se remet pas d’être entré dans le Bataclan le soir du drame.

“Ce personnage représente un traumatisme collectif”, souligne l’acteur, qui s’est beaucoup documenté et a aussi rencontré un capitaine de la BRI pour préparer ce rôle puissant. Mais au final, “tout repose sur le texte et les acteurs”, insiste-t-il.

Puis viennent Clémence Poésy et Pio Marmaï, qui donnent vie à un couple en crise, tandis que Céleste Brunnquell incarne une jeune athlète. Carole Bouquet incarne Esther, l’ancienne et brillante analyste de Philippe Dayan. Ce casting cinq étoiles permettent de faire vivre à l’écran ces face-à-face tout en tension, d’une durée de 25-30 minutes, filmés dans un lieu unique.

Des thèmes qui résonnent en nous

Spécificité française: la série se déroule dans un contexte particulier, celui des attentats du Bataclan. Elle démarre le 16 novembre 2015 à 09h00, un peu plus de 48 heures après les attaques qui ont endeuillé le pays et ont convaincu les réalisateurs de se lancer dans ce projet.

Une manière de travailler collective qui a permis de filmer rapidement, avec seulement 70 jours de tournage, et de creuser d’autres sujets que ceux des attentats, comme les abus sexuels dans le milieu du sport, via le personnage de Camille, jouée par la touchante Céleste Brunnquell.

En Thérapie, c’est la simplicité de la parole physique”, souligne Frédéric Pierrot. “Et ça résonne avec l’actualité”, renchérit Carole Bouquet, en mettant en lumière l’écoute et l’empathie, deux qualités très recherchées à l’heure du Covid et de la distance physique imposée.

Pourrait-on d’ores et déjà envisager une 2e saison, se penchant sur les dégâts de la crise sanitaire ? “On ne pourra pas y éviter le sujet. Difficile d’y échapper”, prédit Frédéric Pierrot.

En attendant, à quelle dose regarder la série? De manière linéaire, personnage par personnage? Ou tout d’un bloc? Toutes les options sont sur la table, mais il est essentiel que le spectateur se laisse “le temps de digérer un peu”, recommande Olivier Nakache. Comme en thérapie.



Source link

Autres articles

L’acteur américain Danny Masterson, vu dans That 70s Show, est inculpé du viol de trois femmes

Claude

les célébrités multiplient les dons pour soutenir le mouvement Black Lives Matter

Claude

“La Bonne épouse”, “Nous les chiens”… Ce que vous pourrez voir en salles à partir du 22 juin

Claude

La Terre et le sang : qui est Eriq Ebouaney, le grand méchant du film ? – Actus Ciné

Claude

Arielle Dombasle appelle à se faire vacciner pour “reprendre une vie normale, la vie d’avant”

Claude

Racisme, mariage secret, idées suicidaires… Meghan et Harry déballent tout à la télé américaine

Claude