la-star.com
Image default
Actu des stars

Paul démonte les clichés autour du syndrome d’Asperger



Alors qu’il vient de sortir son autobiographe, l’ex-candidat du jeu de TF1 s’est confié sur son syndrome autistique, qu’il considère comme sa “force au quotidien” mais aussi sa “faiblesse”.

Paul, candidat emblématique des 12 coups de midi, a sorti mercredi dernier son autobiographie, Ma 153ème victoire. Le jeune homme y parle notamment du syndrome d’Asperger, dont il est atteint. Interrogé par Brut, le chouchou de Jean-Luc Reichmann a tenu à démonter les clichés qu’il entend régulièrement autour de l’autisme.

“Je ne suis en aucun cas malade, j’ai un syndrome autistique qui est ma force au quotidien mais qui est aussi ma faiblesse”, explique-t-il dans une vidéo. “On a l’air malade pour les autres, moi-même des fois je me dis: ‘J’ai l’esprit malade, je me sens pas bien’. Mais c’est pas une maladie à proprement parler”.

Paul précise qu’on parle alors de “trouble envahissant du développement qui fait partie de l’autisme”.

Des souvenirs “qui bousillent la santé”

Etudiant en histoire, l’ex-candidat avait étonné les téléspectateurs par son savoir et son sens de la répartie. Il est actuellement le troisième plus grand joueur de l’émission, avec 153 participations et une cagnotte de 691.522 euros. Mais là encore, attention aux clichés: être atteint du syndrome d’Asperger ne fait pas de soi un génie.

“Il y a une branche qui s’appelle autisme savant, mais c’est pas la réalité de l’autisme ça, il n’y en a pas beaucoup”, dit-il, citant le cas de Kim Peek, qui a inspiré le personnage principal dans le film de Rain Man, avec Tom Cruise et Dustin Hoffman.

“Moi je ne suis pas un autiste savant, je suis autiste de haut niveau, certes, je me souviens d’énormément de choses. Je dois prendre conscience des facilités que je peux avoir dans certains domaines”, admet-il. Il précise toutefois qu’il y a un côté sombre à tout ça: “Se souvenir de choses qu’on aimerait totalement oublier et qui nous bousillent la santé”.

“Une solitude malsaine”

Paul affirme aussi que les personnes qui souffrent du syndrome d’Asperger ne sont pas “associables”. “On est seuls malgré nous”, confie-t-il.

“On n’a plus envie d’être seuls, on a une solitude forcée, une solitude malsaine. On a du mal à déclencher une conversation, ce qui fait qu’on est perpétuellement seuls”, admet-il.

Il précise que le plus important est d’être entouré de personnes “qui te comprennent” et “qui font des efforts pour t’aider et te guider à travers ce flou”.



Source link

Autres articles

“J’ai appris à dessiner un clitoris”

Claude

Des enfants imaginent la dernière créature de J.K. Rowling, le « Ickabog »

Claude

Denis Brogniart rend hommage au candidat dans “Koh-Lanta”

Claude

première rencontre entre Albert II et sa fille après leur bataille judiciaire

Claude

un rapport imagine le déconfinement des lieux culturels

Claude

“Les filles qui font du rap, ça reste pas mal tabou”

Claude