la-star.com
Image default
Actu des stars

“Les fans sont en partie responsables de ce que la saga est devenue”



Thibaut Claudel, spécialiste de l’histoire de la saga intergalactique, dresse le bilan de ce que Star Wars est devenue entre les mains de Disney.

2020 est une année particulière pour la saga Star Wars, une année propice aux bilans, . cinq ans après la sortie du Réveil de la force, la première production Disney de la franchise.

Alors qu’on la croyait moribonde, après les déconvenues de Solo, puis de L’Ascension de Skywalker, la saga de George Lucas bouge encore. Le carton de la série The Mandalorian, diffusée sur Disney+, ainsi que l’annonce d’une dizaine de séries et films dérivés sont autant de signes que la licence a un avenir.

Thibaut Claudel, spécialiste de la saga qui vient de sortir le livre Le Mythe Star Wars VII, VIII & IX: Disney et l’héritage de George Lucas (Third Editions), récapitule les enjeux de cette nouvelle phase de l’histoire de Star Wars et décrypte ce que la franchise est devenue depuis son rachat par Disney.

Un an après la sortie de L’Ascension de Skywalker, et alors que Disney+ annonce une dizaine de séries dérivées, quel bilan tirer de Star Wars par Disney?

Si on devait tirer un bilan très rapide de ces dernières années de Star Wars, on pourrait dire que Disney a terminé des projets qui avaient été lancés ou évoqués du temps de George Lucas. A savoir: une troisième trilogie Star Wars à la suite du Retour du Jedi, une nouvelle série de films spin-offs qui ne s’embarrassent pas de la famille Skywalker, comme Rogue One et Solo, et enfin une toute première série télévisée en prise de vues réelles, qui est devenue The Mandalorian. C’est aussi le développement de nouveaux produits, dont les dix séries mentionnées dans cette question, et de nouvelles idées. Avec Disney, le monde de Star Wars est devenu moins manichéen par exemple, et toutes les œuvres qui prennent racine dans cet univers, comics comme films, romans ou parcs à thèmes, se passent dans une même continuité, et sont censées être aussi importantes les unes que les autres. C’est en tous cas l’une des promesses de Disney, même si aujourd’hui encore, beaucoup associent encore Star Wars au cinéma, et au cinéma seulement.

Beaucoup déplorent ce que Star Wars est devenu… Qui a “tué” Star Wars? Disney, la nostalgie ou Rian Johnson?

Tout ce petit monde, et personne à la fois. Le Star Wars de Disney est protéiforme. Je connais peu de gens qui ont adoré ou au contraire détesté tout ce que l’entreprise a pu nous proposer lors de ces cinq dernières années. C’est à chacun de faire son marché! Mais si Star Wars avait été tué, la franchise n’aurait pas les moyens de se lancer dans encore plus de nouveaux projets. On peut craindre l’indigestion ou la surproduction, c’est certain, mais de là à désigner un seul grand coupable! Peut être que nous, les fans de Star Wars, sommes aussi en partie responsables de ce que Star Wars est devenu: une franchise où la pression et les attentes doivent l’emporter sur tout le reste. Peu importe ce qu’on nous donne, on trouvera toujours quelque chose à dire. Et pour cause, il n’y a pas qu’un Star Wars. Il y a des Star Wars.

Beaucoup de fans redorent à présent le blason de la deuxième trilogie, pourtant très décriée à l’époque. Quels sont les points positifs des Star Wars de Disney? et de L’Ascension de Skywalker et de Solo en particulier?

Oui, le repli vers la prélogie est toujours plus visible! Ça en dit long sur les fans de Star Wars. Mais ce n’est pas bien grave, ça prouve aussi que la franchise vit encore dans le temps, qu’elle n’est jamais tout à fait obsolète ou oubliée. Quelque part, c’est rassurant. Je suis sûr qu’on retiendra plein de choses de L’Ascension de Skywalker et de Solo à l’avenir. A l’heure actuelle, je pense que le premier nous a montré les limites d’une production précipitée ou trop calibrée sur les retours des fans. Le second, de l’aveu même de Lucasfilm, prouve que les fans de Star Wars ne veulent pas nécessairement tout savoir de leurs personnages préférés, et qu’ils sont prêts à explorer des lieux, des époques et des héros tout à fait inédits. Ce sont deux films qui, en somme, nous en apprennent plus par leurs écarts de production que par leur forme finale. Mais comme disait Yoda dans Les Derniers Jedi, “l’échec est le plus grand des maîtres”. Je pense que Disney a beaucoup appris avec ces différents films, et je suis certain qu’on les retiendra quoi qu’il arrive. La nouvelle trilogie, par exemple, a parmi les meilleurs personnages de la saga, que le monde entier a adopté en quelques minutes!

Beaucoup de fans dénoncent les incohérences de la dernière trilogie. Mais il y en a toujours eu, et elles sont inhérentes au genre du feuilleton, auquel Star Wars appartient à l’origine…

Je ne sais pas si c’est typique du feuilleton mais il est certain qu’il y a toujours des incohérences dans Star Wars. Et elles n’ont visiblement jamais empêché qui que ce soit d’apprécier la franchise. Pour la trilogie originale, on pense forcément à la pseudo-romance entre Luke et sa sœur, Leia! A l’origine, George Lucas voulait révéler l’identité de la sœur de Luke dans une autre trilogie, qui aurait suivi Le Retour du Jedi. Mais lassé par la franchise et bombardé de problèmes personnels, il a changé l’histoire pour faire de Leia la sœur de Luke, et tant pis pour le bisou incestueux. Dans le cas de la prélogie, on peut mentionner le maître Jedi Sifo-Dyas, à l’origine de l’armée de Clones, et qui est mentionné dans l’épisode II. Il devait avoir un rôle ou au moins être expliqué dans le suivant, sauf que ça n’a jamais été fait. Depuis, les romans, comics et autres produits dérivés Star Wars prennent ses incohérences et s’en servent de tremplin créatif: ils tentent de les expliquer ou de combler les trous, mais ça ne change pas les faits!

Pourquoi les clins d’œil destinés aux fans du Mandalorian sont-ils moins décriés que ceux de la dernière trilogie ?

Je pense qu’il est encore un peu tôt pour y répondre. Mais si je devais absolument le faire, je dirais que ça tient au format. The Mandalorian, c’est un épisode d’une trentaine de minutes, une fois par an, pendant huit semaines. C’est volontairement naïf et simple, et à ce titre, je pense que le fan-service s’intègre beaucoup plus facilement à l’ensemble. Ce n’est pas comme si la caméra hyperactive d’Abrams s’arrêtait au milieu de l’action pour nous montrer quelque chose que nous adorons tous. Ce genre de clins d’oeil très appuyés n’existent pas vraiment dans The Mandalorian, où le fan-service est beaucoup plus diffus. Toujours très présent certes, mais mis en scène d’une manière bien plus calme, le plus souvent. Par ailleurs, ce fan-service concerne moins les éléments que le grand public connaît que les morceaux adorés par les passionnés les plus investis. On ne retrouve par le Faucon Millenium ou R2-D2 mais les Dark Troopers par exemple. C’est donc un fan-service plutôt pointu, qui parle tout particulièrement aux fans de l’ancien ou de l’actuel Univers Étendu – tout ce qui ne vient pas des films, pour faire simple. Le mélange du format et du contenu est à mon humble avis plus réussi que sur les différents films Star Wars de Disney. Les initiés se reconnaissent, et à l’inverse, les nouveaux arrivants ne sont pas bombardés de plans ronflants sur quelque chose qu’ils ne connaissent pas.

Grogu (alias Baby Yoda) va-t-il sauver Star Wars?

Je ne suis pas sûr que Star Wars doive être sauvé! (rires) Mais il est certain que l’amour du monde entier pour Grogu fait plaisir à voir. C’est un vrai phénomène. Le personnage est aussi super intéressant. Il fait partie d’une des rares espèces qui n’a pas de nom et d’histoire complète dans l’univers de Star Wars, et représente donc une opportunité tout simplement dingue en termes de narration. A choisir, je préfèrerais que tout ça reste secret mais j’aime jouer avec le feu et voir The Mandalorian nous en dire un peu plus sur cette petite bestiole verte. L’avenir nous dira quel rôle Grogu a à jouer dans l’ensemble de la saga Star Wars mais je ne serais pas étonné de le voir échanger ce rôle avec Din Djarin [le héros de la série The Mandalorian, NDLR], et les mandaloriens en général, que j’aime beaucoup qualifier de “nouveaux Jedi” dans ce sens où ils incarnent désormais toute une génération de la saga Star Wars.

Après l’échec de Solo, Disney reconnaissait en avoir trop fait avec Star Wars et promettait de moins produire d’œuvres dérivées pour préserver la saga. Que penser de la dizaine de séries Star Wars à venir sur Disney+?

La question révèle en effet une forme d’hypocrisie ou de double discours dans l’approche de Disney sur la question Star Wars. Maintenant, il faut rappeler que toutes ses séries n’arriveront pas au même moment, et qu’elles ne seront pas toutes amenées à être développées dans plusieurs saisons. On sait déjà qu’Andor, par exemple, n’arrivera qu’en 2022, et qu’Obi-Wan n’est pas encore en tournage, donc je doute qu’on la découvre avant deux bonnes années aussi. Pour 2021, on se retrouve donc une troisième saison de The Mandalorian, annoncée pour Noël prochain, et The Bad Batch, une des séries animées de la saga, qui d’ordinaire, ne font pas autant de bruit qu’un film Star Wars, par exemple. Mais de toute évidence, Star Wars rentre dans une nouvelle ère. Elle sera faite d’exploration. Après avoir prolongé les plans ou les idées de Lucas, mais avant de revenir à une formule bien précise, comme le format trilogie, qui semble avoir disparu, Star Wars va s’essayer à plein de genres, de personnages et d’époques différentes. Le risque se situe moins dans cette exploration que dans la surproduction. Si ces nouvelles séries marchent, aura-t-on droit à plusieurs saisons pour chacune d’entre-elles? L’opération est potentiellement juteuse, mais à bien y regarder, elle rendrait la licence très prévisible. Or je pense que malgré toutes nos déceptions, passées, présentes ou futures, ce qu’on aime dans Star Wars, c’est quand la franchise nous surprend, prend des directions inattendues. Du coup j’espère que Disney s’en souviendra et continuera, malgré les succès ou échecs potentiels, de toujours rebattre ses cartes!



Source link

Autres articles

James Bond : non, Lashana Lynch ne remplace pas Daniel Craig – Actus Ciné

Claude

des visages familiers rejoignent le casting de la saison 4

Claude

Meghan Markle fait une apparition surprise à la télé pour saluer “les héros silencieux” du Covid

Claude

Comment le studio Ghibli essaye de retarder l’ascension au box-office japonais de “Demon Slayer”

Claude

Muriel Robin “ne comprend pas les signaux envoyés” par Emmanuel Macron

Claude

5 idées de cadeaux pour des fans de Johnny Hallyday

Claude