la-star.com
Actu des stars

L’actrice Olivia de Havilland est morte à l’âge de 104 ans



La comédienne, inoubliable dans Autant en emporte le vent et Robin des Bois, est morte. Doublement oscarisée, elle a marqué l’histoire du cinéma et de Hollywood par la force de son caractère.

C’était une femme libre, qui n’avait pas hésité à poursuivre en justice un des producteurs les plus puissants de Hollywood pour réduire le pouvoir des studios et accroître la liberté des acteurs et des actrices. Inoubliable dans Autant en emporte le vent, Les Aventures de Robin des Bois ou encore Capitaine Blood, la comédienne Olivia de Havilland est morte à l’âge de 104 ans, rapporte ce dimanche Entertainment Weekly.

Sœur de l’actrice Joan Fontaine, avec qui elle a entretenait des relations orageuses, elle était la seconde actrice la plus âgée au monde, derrière Renée Simonot, la mère de Catherine Deneuve. Née le 1er juillet 1916, Olivia de Havilland a marqué de son empreinte l’âge d’or de Hollywood, dont elle était la dernière représentante.

Actrice dans une cinquantaine de films, elle fait ses débuts en 1935. On la voit surtout dans ces années-là en duo avec Errol Flynn. Elle tourne avec lui et le réalisateur Michael Curtiz plusieurs chefs d’œuvre du 7e Art, dont le film de pirates Capitaine Blood (1935), le film de guerre La Charge de la brigade légère (1936) et le film de cape et d’épée Les Aventures de Robin des Bois (1938).

Comment elle a changé Hollywood

En 1939, elle décroche le rôle de Melanie Wilkes dans la superproduction révisionniste Autant en emporte le vent (1939). Nommée à l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle, elle s’incline face à Hattie McDaniel, qui devient la première actrice noire récompensée au cours de cette cérémonie.

En 1941, Olivia de Havilland bouleverse dans La Porte d’or. Nommée à l’Oscar de la meilleure actrice, elle perd une nouvelle fois, mais cette fois-ci face à sa sœur Joan Fontaine, nommée pour Soupçons d’Alfred Hitchcock. L’incident, célèbre, accélèrera la brouille entre les deux sœurs, qui ont par la suite cessé de se parler.

Frustrée par les rôles qu’on lui offre et le contrôle exercé par les studios sur les carrières des acteurs et des actrices, Olivia de Havilland intente avec succès en 1943 un procès au tout-puissant Jack Warner. Après trois ans d’absence, elle revient sur le devant de la scène avec le mélodrame À chacun son destin, qui lui permet d’obtenir enfin l’Oscar de la meilleure actrice.

Un procès à 102 ans

Sa consécration se poursuit à la fin des années 1940 avec La Fosse aux serpents (1948), portrait réaliste de la maladie mentale, et L’Héritière (1950), pour lequel elle remporte un second Oscar. Elle refuse cependant le célèbre rôle de Blanche Dubois dans Un tramway nommé Désir.

Olivia de Havilland commence à se faire plus rare à partir des années 1950 et 1960, mais joue avec Richard Burton dans Ma cousine Rachel (1952), avec Robert Mitchum dans Pour que vivent les hommes (1955) ou encore avec Bette Davis dans Chut… chut, chère Charlotte (1964). Elle met fin à sa carrière en 1979, non sans être notamment apparue dans un classique des films catastrophes, Les Naufragés du 747 (1977), avec Jack Lemmon.

Installée depuis de nombreuses années à Paris, “le seul pays où je me sente vraiment chez moi”, disait-elle, elle fut aussi en 1965 la première femme à être présidente du jury du Festival de Cannes. Elle a également reçu une standing ovation en 2011 aux César et n’avait rien perdu de son mordant. À 102 ans, elle avait ainsi attaqué en justice la chaîne FX qu’elle accusait d’avoir sali son image dans la série de Feud.



Source link

Autres articles

Ellen DeGeneres promet de “corriger les erreurs” après des témoignages d’employés sur leurs conditions de travail dans son émission

Claude

le panel des Golden Globes accusé de monopole

Claude

un concert présenté par Dwayne Johnson pour soutenir la recherche d’un vaccin

Claude