la-star.com
Actu des stars

La Cité des enfants perdus : 25 ans après, qu’est devenue Judith Vittet, la révélation du film ? – Actus Ciné


Il y a tout juste 25 ans sortait sur nos écrans le chef-d’oeuvre du tandem Jean-Pierre Jeunet et Marc Caro, l’étrange, poétique et cauchemardesque “Cité des enfants perdus”. Qu’est donc devenue la révélation du film, la toute jeune Judith Vittet ?

Il y a tout juste 25 ans, le 17 mai 1995, sortait sur nos écrans La Cité des enfants perdus. Immergé dans un univers Steampunk ne ressemblant a aucun autre, le duo Jean-Pierre Jeunet et Marc Caro livrait un chef-d’oeuvre de poésie maladive et étrange, un conte à la fois merveilleux et totalement cauchemardesque, dans lequel un personnage du nom de Krank, vivant reclu sur une plateforme perdue en mer au milieu du brouillard, volait les rêves des enfants afin de ne pas vieillir trop vite.

Outre le fantastique univers visuel créé par le tandem, le film était aussi peuplé d’une formidable galerie de freaks, incarnés par de magnifiques comédiens : Ron Perlman, Daniel Emilfork dans le rôle de Krank, le vieux complice Dominique Pinon, Jean-Claude Dreyfus et son cirque de puces dressées, Rufus, Ticky Holgado, François Hadji-Lazaro dans le rôle d’un cyclope tueur glaçant. Et bien entendu la révélation du film, la toute jeune Judith Vittet, qui campait la fragile mais déterminée Miette.

Ci-dessous, pour mémoire, la bande-annonce du film..

 

Petite brunette aux yeux pétillants, Judith Vittet fut repérée à la sortie de son école, alors qu’elle avait 9 ans, et avait joué chez Marion Vernoux avant de faire craquer Ron Perlman dans l’oeuvre colorée de Jeunet / Caro. Après avoir fréquenté les plateaux de Claude Sautet (pour Nelly et Monsieur Arnaud), la demoiselle choisira de se consacrer à ses études de cinéma à Paris VIII, alors vivement intéressé par le monde du documentaire. Puis elle fondera Judethik, une marque de design pour enfants. Le cinéma n’a été finalement qu’une brève parenthèse enchantée pour Judith Vittet, partie chercher son épanouissement ailleurs.

Depuis plus d’une quinzaine d’années, c’est le dessin et le travail sur la matière textile qui se sont imposés à elle. “À l’âge de dix-huit ans, après avoir obtenu le bac,  je suis partie aux États-Unis. J’avais des cousins là-bas qui étaient artistes. J’ai commencé à récupérer différents tissus à droite et à gauche, ainsi que des petites bricoles afin de fabriquer des sacs et d’autres choses avec. Quand je suis rentrée à Paris, j’ai continué et j’ai commencé à vendre mes différentes créations, simplement pour me faire un peu d’argent” expliquait l’intéressée dans une interview en 2015. Pendant cinq ans, jusqu’en 2014, elle a régulièrement travaillé comme costumière pour des séries TV.

Âgée de 36 ans aujourd’hui, et maman d’un enfant de cinq ans, elle est toujours artiste textile autodidacte, créant diverses oeuvres à partir de tissus récupérés, et a installé son atelier à Aubervilliers, en région parisienne. En janvier 2018, Judith a été commissaire d’exposition pour la ville de Guyancourt sur le projet “DOUDOUS!”, hommage à l’art textile avec une scénographie mettant en scène les habitants de la ville à travers des ateliers participatifs. Elle transmet sa passion en travaillant avec différents publics (écoles, maisons de retraites, personnes atteintes d’un handicap), et en créant des oeuvres participatives et / ou collectives. Elle enseigne également à l’école d’art du Beauvaisis en section textile. Si vous désirez connaître son actualité et parcourir ses étonnantes créations, rendez-vous sur la page d’accueil de son site.



Source link

Autres articles

Mort de Michel Piccoli : le jour où La Grande Bouffe créait la polémique à Cannes – Actus Ciné

Claude

« T’as voulu voir le salon », la parodie de Jacques Brel qui cartonne sur YouTube

Claude

Joyeux anniversaire, Vladimir Cosma ! – Actus Ciné

Claude