la-star.com
Image default
Actu des stars

De “Resident Evil” à “Monster Hunter”, comment Milla Jovovich est devenue une icône du cinéma d’action



L’actrice adapte avec son mari Paul W.S. Anderson la célèbre licence vidéoludique. A l’occasion de la sortie en vidéo de Monster Hunter, elle revient en exclusivité pour BFMTV sur sa carrière.

Figure majeure du cinéma d’action contemporain, Milla Jovovich revient ce mercredi 14 avril avec Monster Hunter, sa cinquième collaboration avec le réalisateur Paul W.S. Anderson, son mari, qui l’a aussi dirigée dans Resident Evil. Sorti en décembre dernier en pleine pandémie dans les salles américaines et chinoises, ce blockbuster s’inspire d’une célèbre licence vidéoludique éditée par Capcom.

Milla Jovovich y incarne le lieutenant Artemis, transportée avec son unité dans une dimension parallèle où vivent de dangereux et gigantesques monstres. Alors que tout espoir de rentrer chez eux disparaît, elle rencontre un chasseur mystérieux (le champion d’arts martiaux Tony Jaa), qui va les guider jusqu’à leur monde.

Moins apprécié que son homonyme Paul Thomas Anderson (Magnolia, There Will Be Blood), Paul W.S. Anderson est malgré tout devenu après presque trente ans de carrière un spécialiste des adaptations de jeux vidéo, avec des titres comme Mortal Kombat (1995) ou Resident Evil (2002-2016). Il a fait de Milla Jovovich sa muse et a écrit le scénario de Monster Hunter pour elle.

“J’ai été très surprise que Paul écrive le rôle principal pour moi”, raconte l’actrice à BFMTV. “J’avais lu différentes versions du scénario. Aucune n’avait un personnage féminin en rôle principal. Un jour, après plusieurs mois de réécriture, il est venu me trouver avec son script et il m’a demandé de le lire. ‘Je l’ai écrit pour toi cette fois’, m’a-t-il dit. Pour lui, j’étais le chaînon manquant. M’inclure dans le projet lui a permis d’être satisfait du script. Je suis très contente de faire partie de cette aventure. J’ai toujours voulu jouer une militaire.”

“Enfant, je voulais m’échapper dans un autre monde”

Monster Hunter est surtout le résultat de quinze ans de travail de Paul S.W. Anderson et Milla Jovovich sur Resident Evil. Son personnage, Alice, conçu à quatre mains, n’a cessé d’évoluer de film en film pour devenir une véritable icône féministe du cinéma d’action contemporain.

“Pouvoir faire des films d’action depuis aussi longtemps, jouer ces personnages plus vrais que nature, travailler sur les chorégraphies, les cascades, voir des choses qui ne sont pas réelles [comme les monstres ajoutés en post-production grâce aux effets spéciaux, NDLR], c’est un rêve”, s’enthousiasme-t-elle. “Je m’amuse beaucoup à faire ce genre de films.” Elle a pu réaliser son rêve, qui l’accompagne depuis son enfance dans l’Ukraine soviétique des années 1970-1980.

“C’est en tournant Le Cinquième élément (Luc Besson, 1997) que j’ai eu le sentiment d’avoir réellement trouvé ma passion, d’avoir trouvé ce que j’avais toujours recherché au cinéma. Enfant, j’adorais la SF et la fantasy. J’étais le genre de petite fille qui voulait toujours s’échapper dans un autre monde. Je voulais voir les elfes, les vampires… tout sauf la réalité! J’ai toujours voulu découvrir ces mondes mystérieux et j’ai la chance de pouvoir le faire à présent dans le cadre de mon travail. Les films que je fais avec Paul cochent toutes ces cases.”

“Quand je joue une scène, je suis comme un soldat”

Avec son expérience, rien de plus simple que de tourner des films d’action, mais le statut de reine du genre ne s’acquiert pas facilement. Un mental d’acier est indispensable. La scène qui l’oppose dans Monster Hunter à Rathalos, un gigantesque dragon, en est bien la preuve: “On tournait la nuit. Il faisait très froid. L’air était glacial. Il y avait des machines à pluie. C’était très difficile pour nous, acteurs, car nous portions des tenues de combat”, se souvient-elle.

Elle ajoute: “Quand je joue une scène d’action, je ne pense plus à rien. Je suis comme un soldat. Dès que j’entends ‘coupez’, mon corps commence à frissonner de froid. Et dès que j’entends ‘action’, ça y est, je suis repartie. C’est dingue comment l’esprit fonctionne, comment certaines choses peuvent devenir plus simples une fois que votre esprit est ailleurs.”

Entraînée pour réaliser ses cascades elle-même, Milla Jovovich n’imagine pas encore ses propres chorégraphies. “J’apporte des petites suggestions, je peux étudier une scène et savoir ce qu’il faut y ajouter pour mon personnage, mais je ne suis pas une chorégraphe”, précise-t-elle. Elle a aussi eu l’humilité de reconnaître, sur le tournage de Monster Hunter, qu’elle ne serait “jamais meilleure” que son partenaire à l’écran, Tony Jaa, un temps présenté comme le nouveau Bruce Lee. Elle n’a pas cherché à singer son style de combat, et a insisté pour que le sien soit complémentaire, afin d’améliorer la scène:

“J’avais l’impression que les chorégraphies que je devais faire étaient trop acrobatiques, et trop inspirées du cinéma asiatique. J’avais la sensation que ce n’était pas cohérent avec mon personnage. Si Tony devait adopter un style de combat aérien, élégant, je devais me battre avec un style très différent, plus lourd, comme le ferait une militaire appliquant l’entraînement qu’on lui aurait appris dans l’armée américaine. Ca nous a permis de ne pas apparaître en compétition et d’éviter de faire du simili kung fu qui aurait semblé étrange.”

Une pionnière

En grandissant, Milla Jovovich ne connaissait aucune star féminine d’action à part Sigourney Weaver (Alien) et Linda Hamilton (Terminator). Devenue à son tour une icône du genre, elle est très fière d’inspirer une nouvelle génération d’actrices. “J’ai été inspirée par ces femmes, et je leur suis très reconnaissante d’avoir ouvert la porte à des actrices comme moi. Pour autant, est-ce que je suis une pionnière? Je ne sais pas. Je le suppose…”

Elle poursuit: “Je sais que j’ai inspiré des filles à travers le monde, en les incitant à être plus fortes, à prendre des risques qu’elles n’oseraient pas prendre de manière ordinaire… Je suis très reconnaissante d’avoir eu cette carrière, et surtout très fière d’avoir pu faire autant de volets de Resident Evil, une franchise qui est aimée par tant de spectateurs.” Elle y voit surtout un message d’espoir pour ses propres filles, qui se lancent à leur tour dans le cinéma:

“C’est formidable pour elles. Elles voient leur mère comme une héroïne de films d’action, une femme forte. C’est super de pouvoir passer cela à ses enfants. Ma fille de 13 ans est en train de tourner une adaptation de Peter Pan pour Disney+. Elle joue Wendy et elle prépare ses cascades, ses chorégraphies pour ses scènes de combat… C’est génial! Je vois ce qu’elle fait et je me dis que j’ai réussi à lui transmettre ça.”

En attendant de pouvoir collaborer au cinéma avec sa fille, Milla Jovovich planche déjà sur son prochain projet avec Paul S.W. Anderson. Ce sera – on ne se refait pas – une histoire de fantasy, cette fois adaptée d’un recueil de nouvelles de George R.R. Martin, In the Lost Lands. Un scénario a été écrit. Le couple part désormais à la recherche de financements.

Monster Hunter, en EST le 14 avril, puis en DVD, Blu-ray, VOD et 4K UHD le 28 avril chez Sony Pictures.



Source link

Autres articles

qui est Lou-Anne Lorphelin, Miss Bourgogne et jeune soeur de Marine Lorphelin?

Claude

Le “conseil” de Daniel Craig au prochain James Bond

Claude

un dernier album très attendu

Claude

Polanski d’office dans la nouvelle assemblée générale

Claude

Fiché délinquant sexuel, le directeur-photo de Truman Capote continue d’exercer à Hollywood – Actus Ciné

Claude

Une rentrée littéraire de janvier très chargée, loin des vœux pieux de désengorger les librairies

Claude