la-star.com
Actu des stars

De “Moot-Moot” au “Seul et unique Ivan”, la carrière “expérimentale” de Fred Testot



Le comédien, qui prête sa voix à un chien dans le nouveau film des studios Disney, commente ses choix de carrière expérimentaux depuis sa séparation avec Omar Sy.

Jamais là où on l’attend, Fred Testot prête sa voix chez Disney au chien Bob, confident d’Ivan, un gorille de 200 kg qui cherche à fuir le centre commercial d’une banlieue américaine où il est enfermé. L’acteur, vu en début d’année en père de famille dans la série de M6 Faites des gosses et en motard de police dans la comédie Lucky, poursuit son bonhomme de chemin, loin d’Omar Sy, son ancien acolyte du Service après-vente des émissions de Canal+. Et multiplie les projets qu’il qualifie d’”expérimentaux”.

“C’est ce qui me plaît dans ce métier: pouvoir faire des choses très différentes, toucher à tout, faire de la voix, de la comédie, de la réalisation aussi, je commence un peu cette année. On s’accomplit, on grandit, on mûrit, on progresse”, récite l’acteur, tête d’affiche du doublage français du Seul et unique Ivan, nouveau film Disney disponible depuis le 11 septembre sur la plateforme de streaming du géant américain.

“Ça me passionne, les voix. J’ai toujours adoré ça. Faire passer des émotions et des intentions par la voix, c’est un exercice qui est très difficile et très intéressant. On apprend à chaque fois”, s’enthousiasme encore le comédien, qui, au cours de ses vingt ans de carrière, a prêté sa voix à toute une ménagerie. Il a été un schtroumpf, un blobfish, un pigeon, un guépard… et même un mouton, dans Moot-Moot (2007), la série animée déjantée d’Eric et Ramzy:

“C’était un exercice particulier, parce qu’on faisait les voix sans les images”, se souvient Fred. “Eric et Ramzy et leur graphiste rajoutaient des scènes en fonction de ce qu’on avait improvisé ou pas. Si on avait une impro qui était retenue, on voyait une scène être ajoutée, c’était assez marrant. C’était un projet expérimental qui a bien marché. Il y avait une liberté de fou.”

“Ma fierté, avoir joué un pigeon corse chez Disney”

Il y a la même liberté créatrice avec Disney, assure Fred Testot, qui a été un mouflon dans Frère des ours (2003), un guépard gourmand dans Zootopie (2016) et maintenant un chien facétieux et gouailleur dans Le Seul et unique Ivan.

“Ce qui me plaît c’est que c’est un vieux de la vieille, ce que je ne suis pas encore. Il apporte son expérience et il a façon de voir les choses qui est drôle. Souvent, on cherche à calquer des voix américaines et françaises et là, pas du tout. Disney essaye d’inventer des choses, que chacun puisse s’approprier le personnage avec sa manière de travailler. À chaque fois on m’a laissé inventer des choses selon les personnages.”

Aucune flagornerie dans cette déclaration de Fred Testot, qui doit à Disney un de ses rôles les plus connus, celui d’un pigeon corse dans Volt (2009), né lors d’une improvisation: “J’en suis très fier”, dit-il. “Dans la version américaine, ils sont dans Little Italy, avec des acteurs italiens. Ils avaient une façon ferme de dire les choses sous couvert de plaisanteries – et c’est exactement ça la Corse! Ça m’est venu naturellement. Du coup, il y a un pigeon corse connu dans le monde entier!”

Une carrière expérimentale

Alors que la carrière d’Omar Sy est sans cesse commentée, des blockbusters hollywoodiens (X-Men, Jurassic World) au cinéma d’auteurs français (Intouchables, Police), celle plus expérimentale de Fred Testot est moins remarquée. Il a tourné en trois jours un film réalisé par Jean-Pierre Mocky. Lui aussi a dévoilé une part plus sombre de lui-même en jouant des policiers tourmentés dans Gardiens de l’ordre (2011) et La Mante (2017). Et lui aussi a joué dans des blockbusters, La Guerre des boutons (2011) de Yann Samuell et Sur la piste du marsupilami (2012) d’Alain Chabat. L’interprète du pigeon corse de Volt est aussi un grand amoureux des accents, dont il s’est fait la spécialité et le grand défenseur au cinéma.

En 2011, Fred Testot a écrit Au bistro du coin de Charles Némès, une comédie qui a la particularité d’être doublé en sept langues régionales: alsacien, basque, breton, picard, corse, créole et occitan. “En France, on a une richesse, des régions et des langues qu’il ne faut surtout pas perdre. Le but de ce film-là était de les préserver. C’est un projet qui n’a pu se développer comme on l’a voulu. Ça devait être un film à sketches. Il devait être diffusé dans les écoles. L’idée était d’apprendre les langues régionales en se marrant en voyant le film. On a fait travailler des comédiens de chaque région. C’est une idée à reprendre.”

À 43 ans, Fred Testot aime dire avec humour qu’il a terminé tout ce qu’il avait à faire dans ce métier depuis qu’il a fait l’accent corse pour un pigeon dans un Disney et joué Un singe en hiver avec Eddy Mitchell: “J’aime bien dire cette phrase pour rigoler”, dit-il, avant de modérer: “Je pense qu’on n’en a jamais terminé avec ce métier.”



Source link

Autres articles

Sia, Mick Jagger, Elton John haussent le ton contre l’usage de leur musique en politique

Claude

La couronne de Biggie et des lettres d’amour de Tupac mises en vente aux enchères

Claude

365 Dni (Netflix) : suite à la polémique, Michele Morrone prend la défense du sulfureux film polonais – Actus Ciné

Claude

Mort de Stuart Gordon, réalisateur culte de Re-Animator et scénariste de Chérie j’ai rétréci les gosses – Actus Ciné

Claude

Du “Clan des Siciliens” au “Professionnel”, quand Ennio Morricone composait pour le cinéma français

Claude

Pourquoi le créateur de “Nicky Larson” est bien plus subtil que vous ne le pensez

Claude