la-star.com
Actu des stars

comment Darren Star a créé son Paris de rêve



Pour créer le Paris si critiqué de sa série Emily in Paris, Darren Star a pioché dans ses propres fantasmes et dans l’expérience d’une vraie Américaine expatriée.

Darren Star, créateur d’Emily in Paris, diffusée sur Netflix depuis début octobre et critiquée en France pour son manque de réalisme, a écrit la série car il rêvait de s’expatrier à Paris, a-t-il expliqué lors d’une masterclass au festival Canneséries.
Pour lui, “faire cette série, c’est une façon d’explorer le multiculturel et de toucher la nouvelle génération”, explique-t-il lors de cette masterclass pré-enregistrée et diffusée en ligne.

L’idée de la série lui trottait dans la tête depuis longtemps car il est “francophile depuis (son) plus jeune âge”.

“J’avais 19 ans quand je suis venu à Paris pour la première fois. Je suis tombé amoureux de la ville, et je suis revenu aussi souvent que j’ai pu. A un moment, j’ai même vécu 11 mois à Paris et je me suis toujours imaginé ce qu’aurait pu être une vie d’expatrié à Paris”, raconte-t-il.

“Emily est secrètement l’histoire de ma vie”

“Je rêvais d’être un expatrié et en faisant la série, j’ai pu faire cette expérience que j’espère pouvoir poursuivre”, ajoute-t-il, espérant qu’il y ait une saison deux.

Le showrunner s’est aussi inspiré d’une vraie expatriée, Rebecca Leffler, une Américaine qui a notamment été journaliste cinéma pour Canal+ et a travaillé dans la publicité, comme Emily (et qui animait la masterclass).

Saluant sa “remarquable contribution” à Emily in Paris, Darren Star a estimé qu’elle lui avait permis “d’avoir beaucoup d’informations pour construire le personnage, parce qu’on voulait s’inspirer d’une vraie expérience”.

“Je suis impatiente que le monde découvre Emily qui est secrètement l’histoire de ma vie”, même si “c’est beaucoup plus glamour que ma vraie vie”, a glissé la journaliste, qui était “consultante créative” sur la série.

“Que ça ait l’air authentique”

La nouvelle série de ce gourou de la télévision américaine des années 90 et 2000, créateur de Beverly Hills, Melrose Place ou Sex and the city, raconte les aventures d’une jeune américaine, Emily (jouée par Lily Collins, la fille du musicien Phil Collins), qui s’installe à Paris sans parler pas un mot de français.

Gros succès sur Netflix, la série a pourtant déchaîné une avalanche de commentaires agacés sur les réseaux sociaux où des internautes pointent les clichés qu’elle véhicule sur Paris et ses habitants, ainsi que le manque de réalisme de la vie d’Emily.

S’il avait au départ quelques craintes de tourner avec une équipe française des scènes qui montrent les différences culturelles entre Français et Américains (en se moquant un peu des Français), tout s’est finalement très bien passé, raconte le créateur, parrain de la 3e édition de Canneséries.

“Je voulais vraiment tourner à Paris pour que ça ait l’air authentique, mais aussi parce que je voulais offrir aux téléspectateurs une expérience spéciale”, souligne-t-il.



Source link

Autres articles

Le producteur David Guillod (Tyler Rake, Atomic Blonde) accusé de viols et d’agressions sexuelles – Actus Ciné

Claude

de Broadway à Netflix, une pièce emblématique sur la communauté LGBT

Claude

La Vallée, le thriller de Bernard Minier, s’installe en tête des ventes

Claude

une vingtaine d’artistes réunis sur scène pour le Festival des Festivals

Claude

Pourquoi je vis : qui est Mickael Lumière, l’interprète de Grégory Lemarchal dans le biopic de TF1 ? – Actus Ciné

Claude

François Cluzet s’en prend à Luchini, Bigard et Zemmour qui “nous font un mal fou”

Claude