la-star.com
Actu des stars

Cinéma, théâtre, musées, les activités culturelles toujours très limitées après le 11 mai



Déconfinés mais totalement libres de nos mouvements, c’est l’esprit de l’allocution du Premier ministre Edouard Philippe, qui a ce mardi 28 avril évoqué les grandes lignes de l’après 11 mai, date à laquelle les Français seront (un peu) plus libres de leurs mouvements. 

Pas de cinéma, pas de spectacles, ni de concerts, de visites d’expositions. Si certaines activités et déplacements seront de nouveau possible, le secteur de la culture restera, lui, encore quasiment à l’arrêt. Voici ce qu’a annoncé Edouard Philippe.

La réouverture des salles de cinéma n’est pas prévue après le 11 mai. Les cinémas, quelle que soit leur taille, resteront donc fermés.

Distinguant “les grands musées” d’un côté et les “petits musées, si importants pour la vie culturelle de nos territoires” de l’autre, le Premier ministre a indiqué que les premiers resteraient fermés, tandis que les seconds pourrait rouvrir, sans préciser toutefois le seuil de visiteurs. 

“A contrario, les grands musées, qui attirent un grand nombre de visiteurs hors de leur bassin de vie, les cinémas, les théâtres et les salles de concert, où l’on reste à la même place dans un milieu fermé, ne pourront pas rouvrir”, a-t-il indiqué. On peut donc en déduire que des aussi vastes que le Louvre, le musée d’Orsay ou le Centre Pompidou garderont portes closes, et que pour ces musées, les visites resteront virtuelles.

  • Les salles de concert et les théâtres

Mauvaise nouvelle également pour le spectacle vivant. Les salles de concert et les théâtres, même les plus petites, resteront fermées après le 11 mai. Tout évènement de plus de 5.000 participants est interdit jusqu’en septembre. 

  • Les médiathèques et bibliothèques

Seule note positive dans ce sombre tableau pour le monde la culture: les médiathèques et bibliothèques, mais aussi les librairies, les disquaires, et les galeries d’art, de taille plus modeste, pourront rouvrir leurs portes dès le 11 mai “parce qu’ils peuvent fonctionner plus facilement en respectant les règles sanitaires”, a précisé Edouard Philippe.

Le coronavirus a déjà entraîné des centaines de millions de pertes dans le monde de la culture et est une véritable catastrophe notamment pour le spectacle vivant, un secteur à l’économie déjà très fragile. En France, il a déjà été échaudé par un mois et demi de grève contre la réforme des régimes spéciaux en décembre et janvier.

Edouard Philippe a également précisé que les grandes manifestations comme les festivals et tous les événements “qui regroupent plus de 5.000 participants, font à ce titre l’objet d’une déclaration en préfecture et doivent être organisés longtemps à l’avance ne pourront se tenir avant le mois de septembre”. Avant même cette annonce, tous les grands festivals de l’été avaient jeté l’éponge, du festival d’Avignon, la plus célèbre manifestation de théâtre au monde, aux Eurockéennes à Belfort, en passant par les Vieilles Charrues à Carhaix (Finistère) et les Francofolies à La Rochelle.

Le festival Rock en Seine, en région parisienne, prévu du 29 août au 1er septembre (100.000 spectateurs l’an passé) semble sur la sellette.





Source link

Autres articles

Mort à 101 ans de Roger Borniche, flic, ami d’Alain Delon et écrivain à succès

Claude

Meghan Markle estime que la monarchie l’a laissée “sans défense” face aux tabloïds

Claude

une exposition célèbre l’œuvre de Catherine Meurisse, ex-dessinatrice de “Charlie Hebdo”

Claude

Feuilleton, « battle BD », jeux… comment le Lyon BD Festival se réinvente sur internet

Claude

Pourquoi “13’Organisé”, le nouvel album de Jul est un évènement

Claude

Accusé de racisme anti-Chinois, le chanteur canadien Bryan Adams présente ses excuses 

Claude