la-star.com
Actu des stars

Ces musiques de films qui ont fait la légende d’Ennio Morricone



Le compositeur fétiche de Sergio Leone est mort à l’âge de 91 ans. Depuis ses débuts dans les années 1960, il a changé l’histoire du cinéma avec ses compositions à la fois épiques et mélancoliques.

“Notre plus grand auteur épique écrivait sur papier à musique.” En quelques mots, le dessinateur Joann Sfar a résumé sur son compte Twitter la place que s’était faite le compositeur italien Ennio Morricone, légende du 7e Art qui a élevé des générations de cinéphiles avec ses mélodies aussi envoûtantes que mélancoliques, qui alliaient l’héritage de la musique classique à la pop. Le “maestro” italien a créé au cours de sa longue carrière plus de 500 musiques pour le cinéma. Voici les morceaux qui ont fait sa légende.

Les musiques des films de Sergio Leone

Impossible de choisir parmi les six musiques qu’Ennio Morricone a composé pour son vieil ami Sergio Leone, qu’il connaissait depuis l’école primaire. Leur collaboration débute avec Une poignée de dollars (1964) pour prendre une ampleur inédite avec Le Bon, la Brute et le Truand (1966).

Le fameux thème du western, inspiré par le cri d’une hyène, est entré dans l’imaginaire collectif. “C’est la preuve que j’ai été utile à la société! Parfois, mes amis m’interpellent dans la rue en imitant le coyote hurlant du Bon, la brute et le truand. Alors, je me tourne et je réponds. Une façon comme une autre de se saluer”, expliquait Morricone en 2011 à L’Express. Des morceaux commes Il triello et L’Estasi dell’oro ont eu des retentissements mondiaux, inspirant même les rappeurs ou encore le groupe Metallica, qui démarre chacun de ses concerts en diffusant ce dernier.

A partir d’Il était une fois dans l’Ouest (1968), les compositions de Morricone pour Leone se font de plus en plus déchirantes. Les mélodies teintes de mélancolie et de regrets pour Il était une fois la révolution (I Figli Morti, Dopo L’Esplosione) et Il était une fois en Amérique (Deborah’s Theme, Amapola, Pt. 2) sont inoubliables. Mais Morricone refusait d’être cantonné à sa collaboration avec l’inventeur du western spaghetti.

Sacco et Vanzetti

Ennio Morricone ne se cantonne pas au western. Le Romain compose des bandes originales pour des films d’époque comme 1900 ou Vatel, des comédies telles que La Cage aux folles et met en musique des films engagés: La Classe ouvrière va au paradis, La Bataille d’Alger ou encore Sacco et Vanzetti. Morricone compose pour ce film retraçant l’histoire vraie de deux anarchistes italiens condamnés à mort sans preuve aux Etats-Unis le sublime Here’s to You, chanté par Joan Baez.

Mission

La musique de Morricone pour Mission (Palme d’or à Cannes 1986) figure parmi ses morceaux les plus célébrés. Il a d’ailleurs toujours regretté de ne pas avoir reçu d’Oscar pour cette musique qu’il adorait. Connu pour mélanger pop et classique, l’Italien avait commencé par étudier la composition, l’orchestration, l’orgue et la musique sérielle. La bande originale de Mission reflète son éducation classique et amorce la deuxième partie de sa carrière, moins épique, plus lyrique.

Les Incorruptibles

En 1987, sort sur les écrans Les Incorruptibles de Brian de Palma, film à suspense retraçant la rivalité entre Al Capone et Eliot Ness. Une bande originale riche en ambiances musicales, où la mort rôde sur chaque morceau. Le début d’une collaboration d’une quinzaine d’années entre Brian de Palma et Ennio Morriconne, qui signera aussi la musique d’Outrages (1989) et de Mission to Mars (2000). Ennio Morricone était aussi adepte du recyclage, comme tous les compositeurs prolixes. Un morceau refusé par Brian de Palma pour Les Incorruptibles est ainsi devenu quelques années plus tard le thème principal de Bugsy (1992), film de gangsters avec Warren Beatty.

Cinema Paradiso

Souvent associé au western ou au thriller, Ennio Morricone était un grand romantique, capable de faire couler les larmes en une poignée de notes. Sa musique pour Cinema Paradiso, hommage au cinéma d’antan signé Giuseppe Tornatore, en est la preuve. Les morceaux Titoli et Tema D’amore sont d’un grand réconfort après la disparition d’un si grand artiste.





Source link

Autres articles

Valentino abandonne “exceptionnellement” Paris pour Milan

Claude

Quatre films de Jean-Luc Godard sur Netflix dès le 1er septembre

Claude

“le rap d’aujourd’hui, c’est un feu d’artifice”

Claude

Sarah Cooper, l’humoriste qui reprend Donald Trump en play-back et amuse l’Amérique

Claude

la tenue d’Audrey Hepburn dans “Vacances Romaines”

Claude

Aïssa Maïga et Adèle Haenel expliquent leur mobilisation avec le Comité Adama

Claude